Alcool au volant et code de la route

BOIRE OU CONDUIRE ? IL FAUT CHOISIR

  • Alcool et conduite ne font pas bon ménage …

Si l’état d’ivresse au volant, même à faible taux d’alcoolémie est sévèrement sanctionné, c’est qu’il est fortement dangereux de conduire avec de l’alcool dans le sang. En effet l’alcool est impliqué dans 28% des accidents mortels sur les routes. Chaque année, l’alcool tue plus de 1000 personnes sur les routes. Le nombre d’automobiliste ayant un taux d’alcoolémie supérieur au taux autorisé sur nos route représente plus de 2% de la totalité des conducteurs ; ce qui est tout de même risqué ! On remarque que dans la grande majorité des cas (90%) les conducteurs alcoolisés sont des hommes et que 25% des victimes tuées dans les accidents ont entre 18 et 24 ans. Le code de la route officiel est très clair à ce sujet : boire ou conduire, il faut choisir !

Alcool au volant

  • Quels sont les effets de l’alcool sur notre organisme ?

L’ingestion d’alcool diminue les capacités physiques. En effet notre temps de réaction est allongé, notre vision est troublée, nous avons plus de difficultés à adapter notre conduite aux circonstances et notre capacité de coordination des gestes est réduite .

Il faut savoir que l’alcool agit directement sur le cerveau. Les effets se font ressentir dès 0,3 g/l mais deviennent plus intenses à partir de 0,5 g/l. Le conducteur commence par sous évaluer les risques ; il va rouler plus vite, dépasser sans visibilité… Le conducteur sera aussi souvent moins concentré et se fatiguera plus vite avec de l’alcool dans le sang. Suivant le taux d’alcoolémie du conducteur, cela peut aller jusqu’à une diminution de son champs visuel : il voit moins bien sur les côtés et les reliefs et la profondeur sont modifiés. De plus la présence d’alcool dans les sang augmente de 50% la durée de réaction et donc augmente fortement le danger en cas de freinage d’urgence !

  • Sécurité routière : quelles sont les règles et les sanctions ?

La limite d’alcool dans le sang est fixée à 0,5 g/l pour le conducteur standard. Tandis qu’elle est de 0,2 g/l pour les permis probatoires et les conducteurs de transport en commun. Et attention : 0,2 g/l c’est zéro verre d’alcool car dès le premier verre ce seuil peut être dépassé !

Ce règlement s’applique aux jeunes conducteurs pendant trois ans après l’obtention du permis, la perte de douze points ou l’annulation de son permis ou pendant deux ans si le permis a été obtenu dans le cadre de la conduite accompagnée.

Pourquoi une limite si basse chez les conducteurs novices ? Car ce sont eux les plus exposés ! En effet les accidents de la route sont là première cause de mortalité et handicap chez les 18-25 ans et un conducteur novice à quatre fois plus de risques d’être impliqué dans un accident mortel.

Ainsi un jeune conducteur contrôlé avec un taux d’alcoolémie supérieur ou égal à 2 g/l encoure un retrait de 6 points sur son permis, une amende forfaitaire de 135€ , une suspension du permis et une immobilisation du véhicule. De plus les détenteurs d’un permis depuis moins d’un an doivent repasser les épreuves théoriques et pratiques pour de nouveau conduire.

Pour tous conducteurs contrôlés entre 0,5 g/l et 0,8 g/l  les sanctions sont les mêmes cependant la suspension de permis ne se fait que en cas de comparution devant le tribunal.

Un automobiliste contrôlé au delà de 0,8 g/l encoure lui aussi un retrait de six point de permis, une immobilisation du véhicule et une suspension du permis, qui peut même allée jusqu’à une annulation de permis. De plus il paye une amende de 4 500€ , doit réaliser un stage de sensibilisation à la sécurité routière et risque jusqu’à deux ans d’emprisonnement.

Attention un refus de se soumettre au dépistage engendre les mêmes sanctions et les cas de récidive font augmenter le montant de l’amende !

  • Et en cas d’accident ?

Les cas d’accidents provoqués sous l’emprise de l’alcool entraînant des blessures graves sont passibles de cinq an d’emprisonnement et 75 000€ d’amende ( en plus des sanctions « habituelles » de suspension ou annulation de permis et mobilisation ou confiscation du véhicule ) . L’auteur d’un accident sous l’emprise de l’alcool ayant provoqué un décès est quand à lui passible de sept ans d’emprisonnement et 100 000€ d’amende.

  • Comment contrôler son taux d’alcoolémie ?

On estime qu’un verre alcoolisé contient environ 10g d’alcool pur. Mais attention, la masse corporelle et le sexe de l’individu influent sur le taux d’alcool. Ainsi on estime que pour respecter la limite de 0,5 g/l  un homme peut boire un verre d’alcool par tranche de 28,5 kg et une femme un verre par tranche de 33 kg. Naturellement  ces données sont très variable et la sécurité routière recommande à tous de ne pas ingérer plus de deux verres d’alcool avant de prendre le volant.

( sachant qu’un individu normal élimine 0,10 à 0,15 g d’alcool par heure )

En cas de doute sur son taux d’alcoolémie, on peut utiliser un éthylotest chimique ou électronique qui évalue l’alcoolémie en mesurant le taux d’alcool dans l’air expiré.

Cependant la meilleure solution reste d’appliquer le principe de «  celui qui conduit, c’est celui qui ne boit pas » et s’assurer avant chaque sortie, surtout pour les jeunes conducteurs, qu’une personne s’engage à ne pas boire pour ramener les autres. C’est ce qu’on appelle désigner un « SAM »

  • Tous responsables !

En toutes circonstances, il est de notre devoir de veiller au respect de cette limite d’alcool au volant pour notre sécurité à tous.

En soirée, si un ami ne souhaite pas ou plus boire, ne pas insister, surtout si il doit prendre le volant. De même chaque hôte doit veiller à toujours proposer des boissons sans alcool à ses inviter venu en voiture. Nous devons aussi tous empêcher un ami ou une personne en état d’ivresse de prendre le volant ; le ramener chez lui, l’héberger, appeler un taxi …

ce sont ces petit gestes simples mais indispensable qui peuvent sauver de nombreuses vies !

  • Et attention aux fausses idées !

Contrairement à ce que beaucoup de personnes pensent, avoir l’habitude de boire ne diminue pas l’effet de l’alcool sur ses capacités tout comme diluer l’alcool de diminue pas l’alcoolémie.

Vous l’aurez bien compris alcool ne s’accorde pas avec conduite et il est important pour la sûreté de tous de respecter les règles poser par la sécurité routière !